Massiwa • • •

Salim Mzé Hamadi Moissi


«  Chaque île possède des styles très différents. Chez nous par exemple, en Grande Comore, le shigoma est guerrier tandis que le wadaha, d’Anjouan, est féminin. » 

Salim Mzé Moissi

Résumé :

Massiwa signifie « les îles » en comorien. Cette pièce pour sept danseurs et en quatre tableaux nous conduit au sein de l’archipel volcanique de l’Océan Indien où Salim Mzé Hamadi Moissi est né et a grandi. Mêlant le hip hop aux rythmes et aux danses traditionnelles, elle transmet les singularités gestuelles et culturelles qui font la force de la danse des Comores.

Salim Mzé Moissi s’est inspiré des danses traditionnelles comme le wadaha, le shigoma et le biyaya qu’il a mêlé avec virtuosité au hip-hop, à des mouvements contemporains et classiques, et à la danse africaine.

Distribution:

Massiwa
Chorégraphie – Salim Mzé Hamadi Moissi
Avec
Ahmed Abel- Kassim
Fakri Fahardine
Toaha Hadji Soilihy
Mzembaba Kamal
Abdou Mohamed
Ben Ahamada Mohamed
Mohamed Oirdine
Lumières – Guillaume Bonneau
Commande et production – Théâtre de Suresnes Jean Vilar / festival Suresnes cités danse 2020.
Avec le soutien de Cités danse connexions
En collaboration avec la Compagnie Tché-Za (Comores)
Avec le soutien de l’Alliance Française de Moroni

1ère partie, L’Expat
Chorégraphie et interprétation – Salim Mzé Hamadi Moissi
Lumières – Guillaume Bonneau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s