La Tempête • • •

de William Shakespeare, traduit par Clément Camar – Mercier et mis en scène par Sandrine Anglade

Présentation :

Fabrique d’images et de sens, la Tempête est sans doute la pièce la plus opératique de tout le théâtre de Shakespeare, faisant la part belle au conte, à l’image, à la musique.
Cette dimension ne pouvait qu’éveiller le désir de la metteuse en scène d’opéra et de théâtre qu’est Sandrine Anglade, lui offrant la possibilité de mettre en commun ces deux approches. Mais cela ne suffit pas…
Portée par le souffle de l’imaginaire et de la poésie, la pièce porte aussi une réflexion profonde sur la nature de l’homme.
Elle met en scène la critique de nos excès, de nos mensonges, une lutte contre l’obscurantisme pour mieux dépasser nos démons.
Elle appelle aux valeurs de tolérance et de compassion dont nous avons toujours grandement besoin…
Le spectacle rassemble une magnifique troupe d’acteurs complices et fidèles qui s’amuse du travestissement, chacun endossant des rôles multiples sous le regard complice du public.
La multiplicité de leur registre d’interprétation, leurs qualités vocales, l’homogénéité de troupe entre acteurs, instrumentistes et chanteurs confèrent au spectacle virtuosité, dynamique et plaisir de jeu.

« JE NE PEUX PLUS RESTER COMPLETEMENT LE PRISONNIER DE L’ILLUSION. QUE SIGNIFIE, DANS CES CONDITIONS, ETRE UN HOMME VRAI ? » (Andrei Serban)

« C’est à la croisée des rencontres et des désirs qu’a germé mon envie de mettre en scène La Tempête.
Parce que la pièce est sans doute la plus opératique de tout le théâtre de Shakespeare, faisant la part belle au conte, à l’image, à la musique. Et, en tant que metteur en scène d’opéra et de théâtre, j’y trouve à mettre en commun ces deux approches.
Parce que dans ce souffle de l’imaginaire, de la poésie, la pièce porte une réflexion profonde sur la nature de l’homme : elle met en scène la critique de nos excès, de nos mensonges, une lutte contre l’obscurantisme pour mieux dépasser nos démons. Elle appelle aux valeurs de tolérance et de compassion dont nous avons grandement besoin aujourd’hui…
Parce que c’est une aventure que j’ai envie de partager avec l’humanité et l’intelligence de Serge Nicolaï, Prospero noir autant généreux accompagné d’une troupe d’acteurs complices et fidèles (Damien Houssier, Laurent Montel, Sarah-Jane Sauvegrain…)
Parce que j’ai envie de construire ce projet avec Clément Camar-Mercier, fin connaisseur du théâtre élisabéthain, jeune et talentueux auteur et traducteur. Ensemble nous aimons à lier langue et création : offrir un nouveau souffle pour servir au plus près le rythme et la poésie du plateau et chercher à être simple (ce qui ne l’est jamais …) et immédiat dans le rapport avec les publics.
Parce que Caty Olive (lumières), Mathias Baudry (scénographie), Cindy Lombardi (costumes), Nikola Takov (directeur musical) voyagent dans le même bateau imaginaire que moi et ont tous profondément envie d’aller fouiller au cœur de cette pièce.
Tous ensemble, nous ferons tempête du théâtre, dans ce texte qui s’écrit sur le fil, à la frontière entre le réel et le fictif, ni d’un côté, ni de l’autre : un voyage dans la délicate épaisseur du tain du miroir. »

Sandrine Anglade, mai 2019

Distribution :

Mise en scène – Sandrine Anglade
Collaboration à la dramaturgie – Clément Camar-Mercier
Assistant à la mise en scène – Marceau Deschamps-Segura
Scénographie – Mathias Baudry
Lumières – Caty Olive
Avec
Alonso – Marceau Deschamps-Segura
Caliban / Ferdinand – Damien Houssier
Antonio / Trinculo – Alexandre Lachaux
Stefano / Sébastien – Pierre-François Doireau
Prospero – Serge Nicolaï
Miranda / Gozalo – Marie Oppert
Accordéon / Un matelot – Nina Petit
Ariel – Léna Dangréaux
Guitare / un matelot – Benoît Segui
Création costumes – Cindy Lombardi
Cheffe d’atelier – Océane Gerum
Stagiaires réalisation costumes – Emilie Camara et Claire Dian
Chef de chant – Nicola Takov
Création Sonore – Théo Cardoso
Postiches perruques – Catherine saint Sever

Régie générale : Ugo Coppin

Régie plateau : Rémi Remongin

Régie son : Nicolas de Gelis

Personnages :

  • Prospéro, duc de Milan déchu, qui vit à présent sur une île comme un puissant magicien, frère aîné d’Antonio.
  • Miranda, la fille de Prospéro, qui tombe amoureuse du prince de Naples, Ferdinand.
  • Ariel, esprit de l’air au service de Prospéro depuis que ce dernier l’a sauvé de la sorcière Sycorax.
  • Caliban, le fils monstrueux et vil de la défunte Sycorax, esclave de Prospéro .
  • Alonso, roi de Naples.
  • Sébastien, le frère d’Alonso, qui projette de le renverser.
  • Antonio, le frère de Prospéro, qui a usurpé sa place en tant que duc de Milan.
  • Ferdinand, le fils d’Alonso, qui tombe amoureux de la fille de Prospéro, Miranda.
  • Gonzalo, un courtisan napolitain proche de Prospéro et Miranda.
  • Trinculo, le bouffon du roi et l’ami de Stephano.
  • Stephano, l’intendant du roi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s