Une démocratie splendide d’arbres forestiers • • •

Adaptation – Mise en scène – jeu : Nicolas Struve
Lettres et poèmes de John Keats – création

Présentation :

Une démarcation splendide d’arbres forestiers* c’est :

Un piano, un acteur, une cabane, des joncs, une chaise, la lune, des bouts de film, les mots d’un poète.

Chaque spectacle est un pari !

Celui que sur scène quelque chose va venir, quelque chose va s’adresser à nous et en nous à ce que nous avons de plus précieux.

Ici, ce quelque chose, se seront les mots de John Keats – fils du propriétaire d’une écurie de louage, mort à 26 ans et devenu en moins de cinq ans un des plus grands poètes romantiques.

Lui qui était convaincu que l’humanité plutôt qu’une « lande rase » pouvait devenir « une splendide démocratie d’arbres forestiers », nous allons, durant 1h20, en devenir les destinataires, les destinataires de sa fougue, de sa jeunesse, de ses lettres et de ses poèmes.

* sont des mots issus d’une lettre de John Keats : « L’homme ne devrait ni discuter ni affirmer mais murmurer à son voisin des résultats, et ainsi (…) chaque humain pourrait s’élever et l’humanité, au lieu d’être une lande sauvage de ronces et d’ajoncs çà et là plantée d’un chêne ou d’un sapin isolé, deviendrait une démocratie splendide d’arbres forestier ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s